Flying Officer Alphonse Marcel Fournier… la fin

Mon site Internet en est un avant tout de partage.

Hier j’ai partagé pour la 514e fois.

wpid-1_13484_old-photo1.jpg.jpeg

collection Alphonse Marcel Fournier

wpid-1_13484_old-photo.jpg.jpeg

collection Alphonse Marcel Fournier

Voici le 515e partage.

Les dates qui suivent dans ce 515e billet sont importantes afin de bien comprendre la fin.

Le billet qui suit avait été écrit en 2013.

***

Mathieu Paiement vient de laisser ce commentaire suite à ce billet que j’avais écrit en 2010.

Une petite info supplémentaire. D’après d’autres photos de mon grand-père, le pilote André Patry est en haut à gauche. En haut, le 3e à partir de la droite, c’est si je comprends bien Fournier. En bas à gauche, Paiement. En bas à droite, Panneton. Panneton et Goupil ont été faits prisonniers ensemble (Moosburg), Paiement aussi, mais seul, et je ne saurai jamais où!

Lanctôt et Odell, pourtant blessé dans l’attaque, sont rentrés sains et saufs. Patry et Fournier sont décédés dans le crash. Mon grand-père a sauté avant-dernier. Patry, son meilleur ami, aurait refusé de le suivre: « c’est pas vrai qu’ils vont m’avoir », aurait-il dit…

Aussi, j’ai à peu près tout ce qu’il y a aux archives qui concerne mon grand-père, son équipage, voire le 425 durant la 2e guerre mondiale!

Voici le billet que j’avais écrit en 2010.

Hier, Nicolas Clinaz me demandait des informations de cet aviateur… J’en ai fait part à Richard Girouard, recherchiste du 425e. J’ai trouvé ceci sur le site de Richard Kovall…

P/O J. Patry  RCAF and crew, flying Halifax III NR-172 coded KW-Y, failed to return from this operation.

Sgt G. Odell RAF

F/O A. Fournier RCAF

Sgt J. Lanctot RCAF

W/O1 J. Paiement RCAF

F/Sgt C. Panneton RCAF

F/Sgt J. Goupil RCAF

2 crew were killed after being shot down over allied territory.

On en parle aussi sur le Mémorial virtuel de guerre du Canada, et on a une photo…, mais on n’identifie pas l’aviateur Fournier.

À la mémoire du
Sous-lieutenant d’aviation
ALPHONSE MARCEL  FOURNIER
décédé le 15 mars 1945

Service militaire :

Numéro matricule : J/95324
Âge : 28
Force : Aviation militaire
Unité :  Aviation royale du Canada
Division : 425 Sqdn.

Renseignements supplémentaires :

Fils de Ernest et Joséphine Fournier, de La Tuque, Québec.
D’après d’autres photos de mon grand-père, le pilote André Patry est en haut à gauche. En haut, le 3e à partir de la droite, c’est si je comprends bien Fournier. En bas à gauche, Paiement. En bas à droite, Panneton.

***

Je pense maintenant que je sais où se trouve Alphonse Marcel Fournier sur la photo.

montage Alphonse Marcel Fournier

Commentaire sur le Flying Officer Alphonse Marcel Fournier

Je suis la nièce d’Alphonse Marcel Fournier, aviateur et membre de l’équipage de l’escadrille 425 Alouette, Halifax III NR172 PT-Y. Il y a erreur sur son âge. Il est né en juillet 1922 et est tombé le 15 mars 1945. (22 ans). Après la guerre Messieurs Panneton et Paiement sont venus rencontrer mes grands-parents. Ils leur ont dit qu’ils étaient tombés à Düsseldorf (Allemagne). Ils avaient entendu un commandement allemand et un coup de fusil. Par contre, ils n’ont jamais pu l’identifier et il a été porté disparu.

Il paraît qu’après 40 vols, il avait droit à un long congé, oncle Marcel avait accepté ce vol qui n’était pas le sien mais qui lui permettait d’atteindre son 40e vol pour avoir son congé plus vite. Malheureusement il n’est jamais revenu. J’ai un autre oncle qui est le mari de la sœur de Marcel qui était aussi dans l’escadrille des Alouettes, il se nomme Euloge Bouchard, il a eu la chance de revenir.

Je veux en connaître davantage.

Merci

 

À suivre

Request

Dear Sir,

I am investigating an air crash during World  War Two.

On the night of the 22/23th April 1944 a Halifax KN-O (Serial no: LW633) from the Bomber Command no.425 Squadron RCAF crashed into the backyard of my Grandma’s house (in the town of St-Oedenrode in The Netherlands). The LW 633 was struck down by German fighters and flak during the Düsseldorf bombing. Unfortunately five members of the crew died in the crash.

Two members of the crew survived and managed to escape. During their escape they were captured in Antwerp:

– Warrant Officer – Joseph Emile Leon DAVIDSON (RCAF) – R161701 (J88391) – Captured 17th June 1944 Antwerp – PoW No. 256 (interned in Stalag Luft 7)

– Flying Officer – Joseph Yvan DESROSIERS – J26858 – (also spelled Desrosiers) – Captured 9th May 1944 in Antwerp – PoW no. 5380 (interned in Stalag Luft 3)

The two surviving crewmembers managed to make their way to Antwerp before being captured by German authorities. Davidson, captured in June, was sent to Stalag Luft 7 in Germany where he was held until the end of the war. Davidson returned to the UK on 26 May 1945 and there were no injuries recorded on his RCAF POW  card. Desrosiers was captured in May and was sent to the Stalag Luft III. He too remained imprisoned in Germany until the end of the war. He returned to the UK safely on 13 May 1945, he did not report any injuries for his RCAF POW card.

The other members where killed in action:

The other members were killed:

–          Warrant Offices (pilot) – J.P.G. Brisson (RCAF) – Personal ID: J/86180

–          Sergeant – I.Welch (RCAF) – Personal ID: 2201513

–          Flying Officer – E.C.E Fortin (RCAF)

–          Sergeant – J.H.C. Legault – Personal ID: J/89453

–          Sergeant – J.F.R Hurteau (RCAF) – Personal ID: R/194194

I really would like to receive some more information about this crash, but especially about the crew. Could anybody help me?

My grandma is still alive. I hope we can solve this story.

With best regards, from the Netherlands,

Jaap Vermunt

Comment from John

All I found was: “Royal Air Force Bomber Command Losses of the Second World War 1944” by W.R. Chorley….

Bombing Düsseldorf. Take off 2230 at Tholthorpe. Shot down through the dual efforts of flak and a night fighter and crashed at St Oudenrode. Those who perished were buried on April 26 at Eindhoven General Cemetery but since 1945 WO2 Brisson and fellow Canadian Sergeant Legault have been exhumed and taken totheir country’s war cemetery at Groesbeek.

“The Bomber Command War Diaries and Operational Reference Book 1939 to 1945” by Martin Middlebrook and Chris Everitt.

April 22-23, 1944 Düsseldorf 596 aircraft….323 Lancasters, 254 Halifaxes, 19 Mosquitoes of all groups except 5 Group. 29 aircraft… 16 Halifaxes and 13 Lancasters were lost, 4.9% of the force. 2150 tons of bombs were dropped in this old-style heavy attack on a German city which caused much destruction but also allowed the German night fighter force to penetrate the bomber stream. The attack fell mostly in the northern districts of Düsseldorf. Widespread damage was caused. Among the statistics in the local report are: 56 large industrial premises hit, of which seven were completely destroyed, more than 2000 houses destroyed or badly damaged. Casualties recorded by 2 PM on April 25th were 883 people killed, 593 injured and 403 still to be dug out of wrecked buildings ; at least three quarters of this last figure would have been dead.

Otherwise, I would simply google the name of the person perhaps with RCAF attached or the date. Good luck!!

Bonjour

On m’a écrit ceci de très touchant en utilisant le formulaire de contact sur ce blogue…

(Je vais enlever les noms)

Bonsoir Papa,

Ton histoire dans l’aviation est bouleversante. Tu es pour moi un véritable héros de guerre, un patriote qui a toujours rendu de grands services à ses supérieurs.

Je ne sais pas si ce message te sera acheminé, je me demandais si tu pouvais lire les commentaires des autres personnes qui, comme moi, font ce devoir de mémoire sur les sacrifices que vous avez consentis lorsque vous étiez de jeunes adultes.

Je t’admire et je t’aime,

Ta fille,  xxx

J’ai répondu ce qui suit…

Bonjour,

Je suis le rédacteur de ce blogue. Je l’ai crée en 2010.
Votre père ne lira pas votre message, qui m’a été acheminé via WordPress, car je doute qu’il connaisse l’existence de mon blogue.

Je ne connais pas votre père personnellement, mais je le connais de nom.

Mon blogue cherche à rendre hommage à ces jeunes hommes partis à la guerre. Le tiers n’est jamais revenu.
L’autre deux-tiers est sombré dans l’oubli.

Pas pour moi. Jamais je ne les oublierai.

Mon blogue cherche surtout à rejoindre les membres des familles de ces aviateurs qui veulent en savoir plus sur eux.
J’ai beaucoup écrit et j’écrirai encore beaucoup, car les lecteurs partagent beaucoup.

Vous pouvez encore m’écrire. Je partage toute l’admiration pour votre père.

Pierre

Pour me contacter, vous pouvez m’écrire un commentaire ou utiliser le formulaire suivant.

Alouettement vôtre Maurice Bélanger – Avis de décès de Maurice Bélanger

Richard Girouard vient de m’annoncer la nouvelle…

J’avais écrit ceci plutôt cette année.

J’aime bien cet autre message d’une alouette du 425.

J’avais encore écrit à monsieur Bélanger à propos de cette photo.

afrique du nord 2

1943 en Tunisie

Bonjour M. Lagacé,
 
Pour ce qui est de notre ami Bérubé:

Enrôlé comme G.D. (homme à tout faire (General Duty)).
 
 Je l’ai connu à notre départ pour l’Afrique où il fut attaché à mon unité pour l’élévation de notre nouvelle base. Après quelques mois, il fut attaché soit au transport, soit à l’armement (bombes) ou encore avec les mécaniciens.

À notre retour en Angleterre, ce fut le même travail. Pendant tout ce temps nous avons continué nos relations avec notre ami Bérubé.
 
Moi-même comme G.D. Je fus toujours attaché à l’administration, section de la discipline ou du logement. Je travaillais sous les ordres du Sergent Major de l’Escadrille.(Flight Sergent Régnier)
 
 Alouettement vôtre
 Maurice Bélanger (Caporal   R 559781)

Le 10 juillet 2014, est décédé à l’hôpital de Chicoutimi, à l’âge de 92 ans et 8 mois, M. Maurice Bélanger, époux de feu dame Jeanne d’Arc Bergeron, demeurant à Chicoutimi. La famille accueillera les parents et amis à la Résidence funéraire
Gravel et Fils, Réseau Dignité
825 Bégin, coin des Champs-Élysées
Chicoutimi.

Les heures d’accueil sont le dimanche 13 juillet 2014, de 14 h à 17 h et de 19 h à 22 h. Lundi 14 juillet, le salon ouvrira à compter de 9 h. Les funérailles auront lieu à l’église St-Antoine le lundi 14 juillet 2014 à 11 h. M. Bélanger faisait partie des Anciens Combattants RCAF, de l’escadron Alouette 425 et de la légion canadienne. Il était fils de feu Joseph et feu Rolande Tremblay (Rose-Anna Lapointe). Il laisse dans le deuil ses enfants : Ruth Bélanger (Robert Martel), Diane (Marcel Girard), Jean-Pierre (Marie Blackburn), Michel (Julie Corneau); ses petits-enfants : Bruno Martel, Martin Martel (Juan Carlos Cordero), Jean-François Girard (Katia Desbiens), Konnie Girard (Danny Paquette), Simon Bélanger (Martine Rioux), Louis (Nacéra Bouffar), Guy et Amélia Bélanger; ses arrières petits-enfants : Naïla, Mélissa, Frédérik, Maxime, Charles, Philippe, Jean-Benoît, Louis-David, Alyssa, Charles, Lio. Il était frère de : feu Émile (feu Cécile Lavoie), feu Jean-Baptiste (feu Rita Gagnon), feu Roland (feu Thérèse Munger, Dixie Tremblay), feu Hilaire (feu Jeanne d’Arc Fortin), Monique (feu Jacques Lalancette). Il était le beau-frère de : feu Albert Bergeron (feu Marie-Jeanne Duchesne), feu Georges-Henri (feu Patricia Lessard), feu Marie-Jeanne (feu Philias Cajelais), feu Marcel Gagné (feu Simone Corneau), feu Marie Gagné (feu Auguste Lapointe, Edouard Ouellet), Georgette Bergeron (feu Vilmond Lavoie), feu Paul (feu Monique Tremblay), feu Robert (Anita Desmeules), feu Claude (Lisette Girard), Jean-Eudes (Lisette Bergeron). Il laisse également dans le deuil de nombreux neveux et nièces, parents et amis. Nous souhaitons à remercier l’équipe du Manoir Champlain de leur présence et de leur grande bienveillance pour notre père. Un merci spécial à Julie Corneau pour sa présence et son accompagnement de fin de vie à notre père. Pour rendre hommage à M. Bélanger et signer le livre des invités en ligne visitez notre

site : www.graveletfilschicoutimi.com.

Pour information : (418) 543-0755, télécopieur : (418) 543-7241, courriel : info@graveletfils.com. Direction funéraire : Résidences funéraires Gravel & Fils.

Je me souviens – Fernand Piché

Souvent les commentaires passent inaperçus sur mon blogue dédié à l’escadrille Alouette.

logo escadron 425

Je les lis toujours et je leur donne toujours une suite…

Bonjour,  

Voici une photo du cardinal Villeneuve donnant la communion à mon oncle Fernand Piché, membre de l’escadrille des Alouettes, mort lors d’une mission au-dessus de Hanovre le 5 janvier 1945.

 
Le pilote de l’appareil était nul autre que Jean Cauchy. Pour la petite histoire, grâce à internet et Pierre Lagacé, j’ai pu communiquer en 2012 avec Jean Cauchy….67 ans après les faits. Incroyable! Internet fait des miracles.

Le 12 novembre 2012, j’ai appelé Jean Cauchy à Québec, lui annonçant que j’étais le neveu de Fernand Piché. Une semaine plus tard, Je débarquais chez lui avec tous les documents que je possédais sur ce membre d’équipage, Fernand, qui était aussi un de ses bons amis.

Il savait que Fernand avait pu s’échapper en parachute du Halifax en flammes, mais qu’il était ensuite décédé. Ce que Jean Cauchy ignorait et que je lui ai appris, c’est que une fois prisonnier, Fernand avait été battu à mort par les gardes du camp. Le tout est consigné dans un rapport de la police militaire canadienne qui a effectuée une enquête au sujet de Fernand après la guerre, copie que possède  maintenant le pilote du Halifax.

Que d’émotions de la part de Jean et moi! Nous avons discuté  à son domicile 4-5 heures. Jean a une mémoire formidable et est encore solide. Le fait de recevoir le neveu de son compagnon mort il y a 67 ans lui a fait plaisir.

En ce qui concerne les hyperliens sur ce pilote, voici son récit:

  http://mpierrela.wordpress.com/2010/04/05/jean-cauchy-nous-parle/#comments

Son témoignage sonore:

  http://www.leprojetmemoire.com/histoires/10:jean-thomas-raymond-cauchy/

Un article de La Presse:

  http://www.lapresse.ca/international/dossiers/deuxieme-guerre-mondiale-70-ans-apres/200908/28/01-896773-le-pilote.php

 
Un grand merci à Pierre Lagacé pour son aide inestimable.

 

Michel Piché,

Gatineau

Écrivez-moi si vous avez des souvenirs…

Lisez-vous les commentaires?

Moi je les lis tout le temps. Ils sont toujours intéressants.

Bonjour,

Sur la photo de M. Allard (sic) sur le tremplin, on reconnaît la piscine des terrains du Parc de l’Exposition de Trois-Rivières. Voici ce qu’on lit sur le site de Trois-Rivières:

‘La Défense nationale occupa le parc de l’Exposition de 1940 à 1945 et la piscine était réservée à l’usage des militaires. Les deux vestiaires furent transformés, un système de chauffage à eau chaude fut installé, un foyer en pierre fut construit à chacune des extrémités du vestiaire nord pour le confort des officiers pour qui c’était le mess.’

….

‘Avant la fin de la guerre, une École de perfectionnement pour l’Aviation royale canadienne s’y implanta, utilisant vraisemblablement, l’aéroport construit à Cap-de-la-Madeleine, en octobre 1940.’

….

‘Le camp militaire ne servait pas seulement de camp d’entraînement; il fut également un camp d’internement pour les prisonniers de guerre. Un temps, il rassemblait environ 1 200 prisonniers, en majorité des Allemands, aviateurs et marins. La censure de guerre fait que les sources de renseignements sont rares sur la vie du camp des prisonniers qui fut courte à Trois-Rivières car, dès le 30 juin 1941, ils furent transférés au camp Borden, en Ontario.’

La photo vient de la collection de Jacques Coco Morin, mais là n’est pas le but de ce petit billet.

école de commando 2

Je pense même que je connais le nom de cet aviateur et une anecdote à son sujet…