Sheffield

Jacques  Côté  en parle ici…

numc3a9risation0006

http://www.veterans.gc.ca/fra/video-gallery/video/6054

Il y avait une école… les gars qui faisaient une erreur (ou un boob) dans l’avion, on les envoyait à Sheffield.

Au début c’était à Brighton, cette école-là. C’était les gars du Cold Stream Guard qui nous drillaient de sept heures du matin à sept heures du soir. C’était tough. C’était dur. Surtout que, les officiers étaient durs… le commandant était dur pour nous autres. On n’avait pas de service. On n’avait pas droit au mess comme eux autres puis ainsi de suite.

Le gars qui nous drillait – un nommé Vincent – (hey, ça fait 55 ans, puis je m’en souviens encore), il arrivait le matin sur la parade, puis : « Sir. » D’abord, lui il parlait jamais à personne sans dire « Sir, gentlemen »… tellement qu’à la fin, après les six semaines, les gars se cotisaient puis ils lui achetaient un cadeau. He was such a nice guy.

Mais le gars que nous avions pour les officiers – il avait tous les officiers puis il y avait un Wing Commander avec nous autres qui avait pogné un wingtip d’un Mosquito. Moi, j’avais cassé RT-silence un soir, en panique. Ça fait qu’avec mon wireless operator qui, lui, avait oublié un signal, on a ‘retonti’ dans le nord de l’Angleterre alors qu’on ne devait pas parce que c’était trop fogged in.

On a atterri par la peau des dents. Je réalisais pas ce qui passait… c’était pas mon avion, c’était l’avion d’un confrère que j’avais dû prendre à la dernière minute. Puis à un moment donné, j’ai dit : « Hé, ça fait pas de sens. Je vole trop bas. Il y a quelque chose qui va pas. »

Là, j’ai ouvert les machines all out avec un gate. Puis on a monté à dix mille pieds. Puis, j’ai commencé à brasser l’avion. Puis j’dis : « Il y a rien. » Je savais pas ce qui était arrivé.

C’est là en revenant avec le wireless operator, qui était un bon opérateur – c’était un gars qui avait fait un tour d’opération à Malte. Puis je me fiais moi à Jack. Puis un moment donné, il me dit… on était rendu dans Yorkshire, déjà pas mal avancé. « Hé, Jacques », il dit. Tout le monde était… je voyais bien que tout le monde était diverted south parce que… Mais il dit : « On l’est pas, on l’est pas. » Puis il dit : « Je viens de relire mon log. Puis on l’était envoyé dans le Sud nous autres aussi. » Fait que, j’ai dit : « Well là. » J’ai dit à l’aviateur, j’ai dit : « Il y a un sodium flare path en quelque part ici, pas loin d’ici. Puis il dit : « Oui, à East Moore », je pense que c’était. On a été là, puis on était 40e. Il y en avait plusieurs qui voulaient y aller. Fait que j’ai dis : « Hé, […] on n’a pas le temps d’attendre ça. On n’a pas assez de pétrole pour ça. » On a commencé à fouiller autour. On est allé voir à différents aéroports. Puis à un moment donné, on en a vu une, Middleton Saint-George.

Puis là on a fait sept passes pour l’atterrir. Tous les fois que j’arrivais en bas, les premières passes, on était trop proche des autres, puis ainsi suite. Finalement, la brume avait roulé jusqu’à là, puis on voyait pas. Puis par le 7e, j’ai dit je prends plus de chance. J’ai poussé le bâton, puis ça a coupé comme une toiture d’une galerie. C’est l’impression que j’ai eu. Tu sais une galerie avec une toiture… (inaudible). On était sur le gazon, mais il était très beau le gazon. J’ai jamais vu du gazon si beau que ça à trois heures du matin.

C’est là justement, on est allé à Sheffield après ça.

Alors 20 ans après, je suis ici. J’ai été membre du conseil municipal ici. Pendant une campagne électorale, je vais chez des gens. Puis la femme me dit : « Je voulais vous parler depuis longtemps, vous! » – Mrs. Blake – Fait qu’elle dit : [Traduction de l’échange] « Vous étiez dans les Forces armées ? » J’ai dit : « Oui.» « Ben, j’ai lu dans le livret… » Elle ajouta : « Vous souvenez-vous d’avoir atterri à Middleton, Saint-George ? » J’ai répondu : « Oui, je me souviens ». Elle dit : « Vous souvenez-vous d’avoir pris un thé ? Dans la tour de contrôle ? » J’ai dit : « Oui, je crois que je me souviens de ça. » Elle dit : « Vous étiez trempé jusqu’aux os. C’est moi qui vous a apporté la tasse de thé. » Elle vit à quatre rues d’ici. Incroyable !

2 réflexions sur “Sheffield

    • Mot typiquement québécois.
      Pogner is to grab…or to get something like get the flu. J’ai pogné la grippe. Use also for to catch… j’ai pogné un gros poisson.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s