L’équipage de Norm Brousseau

Un ajout intéressant à un ancien article.

8Ne  e belle claire photo de l’équipage de Norm Brosseau.

PL-15998-1

Norm Brousseau au centre

Archives

 

Norm Brousseau a reçu  une DFC.

J’ajoute deux photos à sa citation  où on y raconte le crash.

BROUSSEAU, P/O Joseph Henri Normand (J17601)

– Distinguished Flying Cross

– No.425 Squadron

– Award effective 21 October 1943 as per London Gazette dated 29 October 1943 and AFRO 2457/43 dated 26 November 1943.

Born September 1921. Home at Cap de la Madeleine; enlisted Montreal, 29 May 1941 and posted to No.4 Manning Depot. To No.3 ITS, 8 August 1941; graduated and promoted LAC, 25 September 1941 when posted to No.4 EFTS; graduated 20 November 1941 when posted to No.9 SFTS; graduated and promoted Sergeant, 10 April 1942.

To “Y” Depot, 11 April 1942.

To RAF overseas, 30 April 1942. Award sent by registered mail 30 September 1948. Rejoined RCAF Auxiliary in Montreal, 10 October 1949 as pilot, No.438 Squadron (110148); retired 2 March 1954.

Pilot Officer Brousseau as captain of aircraft has participated in a large number of successful sorties at night against heavily defended targets in German and Italian territory. Throughout his operational career this officer has been conspicuous for his devotion to duty and his exceptional coolness and courage in hazardous circumstances.

Note:

Incident with Wellington BJ918 at Dishforth airfield. On 28th February 1943 the crew of this aircraft were in the process of taking off for an operational flight to St.Nazaire when the starboard engine failed on take off. The pilot made a rough landing near, what was then known as, Dishforth Crossroads, around a mile south of the airfield at 18.05hrs.

crash Wellington Fontaine

The crew escaped injury and the bomb load did not explode.

crash Wellington Fontaine bombe 4000

Pilot – Sgt Joseph Henry Normand Brousseau RCAF, of Cap de Madeleine, Quebec, Canada;

Navigator – Sgt Joseph Hubert Moreau RCAF;

Wireless Operator – Sgt John D L Fontaine/Fontain RCAF, of Rosemount, Quebec, Canada;

Bomb Aimer or Wireless Operator, F/O Dennis Bertram James Hodgetts RAFVR (123849), of Birmingham;

Air Gunner , Sgt Joseph Alfred Henri Bernard “Ben” Marceau RCAF, of Montreal, Quebec, Canada;

Air Gunner or Bomb Aimer – P/O Thomas Robert Clifford « Cliff » Irwin RCAF (J/22523), of St. Boniface, Manitoba, Canada.

J’avais trouvé des informations sur le navigateur. Voici des informations sur le mitrailleur arrière Henri Bernard « Ben » Marceau.

Henri Bernard « Ben » Marceau
Sergeant – Rear Gunner
Il vola 34 missions avec l’équipage Normand Brousseau du 9 janvier 1943 à Dishforth jusqu’au 28 juillet 1943 à Kairouan en Tunisie. Présent le 28 février 1943 à Dishforth lors du crash de leur Wellington transportant une bombe de 4000 lbs. Du 4 août au 11 août 1943, il vola 4 missions additionnelles avec le commandant du 425, Jos. St-Pierre, toujours à Kairouan. Instructeur-moniteur en Angleterre à partir de novembre 1943.

Dans le Montréal Matin – édition du samedi 12 août 1944

Moniteur, et non élève
« La dernière fois qu’on a parlé de moi dans les journaux, j’ai passé pour un élève alors que je suis moniteur. » nous a déclaré le sous lieutenant d’aviation Bernard Marceau, 3422 rue Iberville, Montréal. Nous lui avons donc promis que les journaux feraient la correction. En Angleterre depuis le 24 juin 1942, Bernard Marceau est moniteur à cette école préparatoire depuis novembre 1943. Cet autre vétéran des « Alouettes » aime bien l’Angleterre. « Ce n’est pas comme chez nous, dit-il, mais ça passe. »

PL-28907-1

Ben Marceau au centre, Charles Boucher de Grosbois est à gauche

Dans LA PATRIE du lundi 14 août 1944 on ajoute le texte suivant:

Marceau a vu la mort de près au cours d’un atterrissage forcé. Son avion est venu s’écraser sur le sol mais la bombe de 4,000 livres qu’il portait sous la carlingue « oublia » d’éclater. Personne n’a été blessé. Le 2 août 1943, Marceau eut une autre expérience au-dessus de Naples. Son avion était pris dans les faisceaux des projecteurs et criblé de balles. Voyant cela, Marceau vola en rase-mottes et ouvrit le feu sur les phares qu’il éteignit aussitôt. Après cela, il put poursuivre sa route.

Note (Marceau n’était pas pilote, mais mitrailleur arrière du Wellington)

PL-15998-1

Ben Marceau à droite

Archives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s