11 décembre 2015 – Le devoir de mémoire de R220222

L’aviateur Jean-Paul Corbeil avait écrit de nouveau le jour du Souvenir à tous ceux et à toutes celles qui avaient reçu sa carte souvenir en mars ou avril dernier.

carte mission recto verso

MacDonald Manitoba No. 3 B & G only gunner to come back alive after the war

De sa classe de 30 cadets à l’entraînement, il est le seul avec un autre à revenir. Il voulait partager encore son message de paix.

Ma dernière mission

Chers amis et chères amies,

À l’occasion du jour du Souvenir qui approche, souvenons-nous des 42 000 jeunes Canadiens, dont quelque 19 000 aviateurs, qui donnèrent leur vie pour défendre la liberté durant la Deuxième Guerre mondiale. Je tiens à vous parler de ma dernière lettre qui accompagnait la reproduction d’une page de mon livre de bord, ainsi qu’une photo de notre équipage en vous priant de conserver pour la postérité ces documents authentiques.

Je veux vous suggérer de remettre des copies de cette carte mission, ainsi que l’enveloppe qui porte un timbre de poste créé spécialement pour ce projet, à des personnes de votre choix qui sauront la transmettre de générations en générations.

Également, vous pouvez librement distribuer des copies de tout ce que vous avez reçu aux personnes qui auraient intérêt à promouvoir dans leur entourage le devoir de mémoire. Lors de mon prochain contact par courriel, je vous dirai où et quand l’idée de ce projet m’est venu et la suite.

Qu’en est-il de ce projet? Cent cartes originales, accompagnées d’une lettre expliquant ma dernière mission, ont été expédiées à travers le monde à des gens qui avaient exprimé un intérêt à honorer la mémoire de l’escadrille Alouette et à promouvoir la paix. Plusieurs personnes m’ont écrit et m’ont indiqué à qui ils allaient transmettre éventuellement la carte, la lettre et l’enveloppe timbrée spécialement pour ce projet.

En mon nom personnel, et en celui de tous les Alouettes, nous vous souhaitons à vous et à votre famille, une paix sereine et inébranlable.

Jean-Paul Corbeil, ancien combattant canadien

***

J’ai parlé des dizaines de fois du 18 décembre 1944 à Jean-Paul Corbeil. Laurent Dubois en était à sa 30e mission. Il avait été chanceux deux fois auparavant.

Laurent Dubois, J88326, avait déjà 19 missions à son actif lorsqu’il joignit le groupe, probablement acquises avec l’escadrille 415 Swordfish, basée à East Moor. Il avait survécu à deux “crash” d’avion, le premier au Canada dans un Anson et le deuxième en Angleterre dans un Halifax rempli de bombes qui manqua son atterrissage.

Pour des raisons inconnues, le départ est retardé jusqu’aux petites heures du matin, le 18. Finalement à 02:20, le signal est donné et le premier Halifax décolle. Le deuxième est celui de Jean-Marie Desmarais. En ligne derrière lui, dans le quatrième Halifax, est Jean Cauchy, qui en est à sa première mission…

Le Halifax KW-V, MZ538 de l’équipage Desmarais est aussi un vétéran. Ce prochain décollage sera le début de sa 75e mission opérationnelle. Sa première date du 09 avril 1944. Ce fut l’avion préféré du pilote Jean-Paul Lacaille qui l’utilisa pour 30 de ses 38 missions, y compris celle du 22/23 mai 1944 alors qu’il fut impliqué dans une collision aérienne de nuit près de Le Mans, France. Il réussit tout de même à revenir à Tholthorpe et effectuer un atterrissage d’urgence. Cette nuit, l’équipage Desmarais vole sur KW-V pour la quatrième fois . Ils transportent une bombe de 2000 lbs, deux bombes de 1000 lbs et 10 bombes de 500 lbs.

L’avion a un poids de 65 000 livres au décollage, sa capacité maximale.

À 02:22, on reçoit le feu vert.

(Article de La Presse édition du 29 août 2009)

Jean Cauchy est en file sur le tarmac [périmètre], son avion est le prochain à décoller. Devant lui, en bout de piste, une boule de feu s’élève. Le bombardier qui le précédait s’est écrasé au décollage. Dur moment pour Jean Cauchy : c’est avec ce pilote, Desmarais, qu’il venait de faire sa mission d’entraînement.

«Les gars de l’équipage m’ont demandé : skipper, penses‑tu être capable ? J’ai dit : faites‑moi confiance. Mais je respirais vite et j’ai immédiatement fermé le micro, pour ne pas qu’ils s’en aperçoivent.» C’est lui qui avait choisi ses six hommes d’équipage, qui remettaient leur vie entre ses mains.

Difficile de faire décoller ce mastodonte surchargé, qui semble rebondir sur ses deux énormes pneus. «Je craignais qu’un pneu éclate, raconte‑t‑il, mais ce n’est jamais arrivé.». Il faut abaisser les volets, pour augmenter la portance au décollage. Puis les relever à mesure que l’appareil prend de la vitesse et de l’altitude. Dans son salon, Jean Cauchy, assis sur son canapé, tâtonne de la main droite dans le vide, à l’endroit où se trouvait la commande des volets, tout à côté de celles de la soute à bombes et du train d’atterrissage. «Il ne fallait pas les confondre», dit‑il. Peut‑être l’ingénieur de Desmarais avait‑il touché une commande par accident, suppose‑t‑il…

Jean Cauchy ne s’est pas rendu en Allemagne, cette nuit‑là. Un moteur est tombé en panne au quart de la route et il a dû rebrousser chemin.

Un autre aviateur faisait partie de la même mission cette nuit-là… Il en est à sa première mission comme second pilote dans l’équipage du Flight Lieutenant T. J. MacKinnon.

Il est le second dickie.

Question de prendre un peu plus d’expérience…

Bernard Racicot 1

Bernard Racicot DFC

8 réflexions sur “11 décembre 2015 – Le devoir de mémoire de R220222

  1. Bonsoir, c’est fort intéressant comme toujours. Cela évoque une collision « y compris celle du 22/23 mai 1944 alors qu’il fut impliqué dans une collision aérienne de nuit près de Lemans, France. » Pour info, Le Mans c’est Le Mans et pas Lemans… Une question me vient à l’esprit. La collision évoquée concerne-t-elle « mon » Halifax LK810 KW-Y?

      • Ai jamais entendu parlé de cette éventualité. Mais tout est possible. Une question. Pour les avions perdus par l’USAAF, il existe le MACR (Missing Air Crew Report) qui est attribué à chaque perte d’avion. Sauriez-vous me dire s’il existait la même chose pour la RAF, la RCAF?

  2. Sur le sites de Richard Koval

    http://www.6bombergroup.ca/May44/May22~2344.html

    May 22/23, 1944
    27 Lancasters from 408 and 419 Squadron were ordered on an attack at Dortmund. The crews were over the target at between 20,000 and 21,000 feet, releasing 104,000 lbs of high explosives and 51,000 lbs of incendiaries. According to reports, bombing fell into the south eastern sector with serious damage being caused.

    F/O A. Bryson from 408 Squadron returned early due to severe icing, they could not climb above 10,000 feet.
    F/Sgt E. Vaughan returned early as both port engines were u/s. They landed safely at base on 2 engines.
    P/O W. Kasper was attacked by an enemy aircraft over the target, they were also coned by search lights for 3-4 minutes. The fuselage was damaged and the mid upper gunner and wireless operator were injured. they landed safely at Woodbridge on return.
    F/O T. Sherrill RCAF and crew, flying Lancaster II DS-759 coded EQ-A, failed to return from this operation.

    Sgt H. Nightingale RAF
    F/O W. Rehkopf RCAF
    P/O C. Brown RCAF
    Sgt A. Campbell RAF
    P/O P. Kalyta RCAF
    P/O H. Cunningham RCAF
    All were killed after being shot down by a Nightfighter.
    W/Cdr D. Jacobs RCAF and crew, flying Lancaster II LL-723 coded EQ-H, failed to return from this operation.

    F/Sgt P. Young RCAF
    P/O M. Henderson RAF
    F/Lt T. McDougall RCAF
    F/O J. Dallyn RCAF
    F/O P. Hughes RAF
    F/Lt J. Hanson RCAF
    F/O L. Morgan RCAF
    F/O W. Philpot RAF
    All were killed after being shot down by a Nightfighter.

    W/O1 D. Robson from 419 Squadron returned early as the oxygen system was u/s.
    P/O G. Patterson RCAF and crew, flying Lancaster X KB-717 coded VR-E, failed to return from this operation.

    F/O W. Mitchell RCAF
    P/O R. Wood RAF
    P/O W. Bailey RCAF
    P/O D. Derbyshire RCAF
    F/Sgt A. Chawanski RCAF
    F/Sgt O. Jones RAF
    W/O2 A. Beckett RCAF
    All were killed after being shot down by a Nightfighter.

    2 Halifaxes from 428 Squadron were ordered on a mining operation to St. Malo. The crews were over the garden at 8,000 feet, sowing 4@1500 lb mines.

    All crews returned safely to base.

    112 Halifaxes from 420, 424, 425, 426, 427, 429, 432, and 433 Squadrons were ordered on an attack of the rail yards at Le Mans. The crews were over the target at between 7,000 and 9,000 feet, releasing 826,000 lbs of high explosives. According to reports, bombing was accurate and severe damage was caused.

    F/O K. Kidd from 420 Squadron was attacked by an FW-190, there was no claim or damage.
    F/O H. Whittal was attacked by an ME-109, it was claimed damaged.
    W/O2 J. Ward returned without bombing as there were hit by another Halifax on the run up to the target. The port outer engine, mid upper turret, stbd fin and rudder, were damaged. They jettisoned the load and landed safely at Ford.

    P/O F. Dolter from 424 Squadron returned early as they were late getting away and could not make up the time.
    F/O E. Brown was attacked by an FW-190, there was no claim or damage.

    F/O W. Phelan from 425 Squadron had the stbd inner u/s on return. They landed safely at base on 3 engines.
    F/Sgt J. Lecaille was involved in a collision over the target. The tail wheel was torn off. On landing the wing hit the ground and they ground looped. There were no injuries to the crew.
    P/O E. Laporte RCAF and crew, flying Halifax III LK-810 coded KW-Y, failed to return from this operation.

    Sgt N. Ward RAF
    F/O J. Tetrault RCAF
    F/Sgt J. Mallette RCAF
    W/O1 J. Laing RCAF
    Sgt J. Levasseur RCAF
    Sgt R. McGowan RCAF–POW
    6 crew were killed and 1 POW.

    F/Sgt R. Sellen from 426 Squadron returned early as they were unable to raise the under carriage.
    F/Lt R. Jarman returned early as the port inner was u/s. They landed safely at base on 3engines.
    P/O L. Mann just finished releasing the load and they collided with another Halifax, which came up from below. Their Halifax dropped from 7,500 to 3,000 feet before control was regained. The port inner caught fire and was put out by turning off the fuel, it was then noticed that the propeller was missing. The port rudder and elevator were also damaged. The Halifax stalled several times on the way home. They landed safely at Ford. On inspection on the ground it was found that the stbd outer cowling was missing, mid under turret damaged, bomb doors torn off, port inner propeller missing and the port outer propeller was bent. The port rudder and elevator had been cut by a propeller, there was also a 303 caliber gun stuck through the floor of their Halifax.

    F/Lt T. Rawlinson from 429 Squadron returned early as they did not see any T.I’s.
    F/O A. Brown RCAF and crew, flying Halifax III LV-989 coded AL-R, stalled and spun to earth on the way to the target.

    Sgt P. Vose RAF
    F/O W. Hunter RCAF
    F/O J. Leitch RCAF
    F/O J. Swordy RCAF
    Sgt L. Morris RCAF
    F/O W. Scott RCAF
    All were killed except the wireless operator, who was able to bail out before the Halifax crashed.

    P/O W. Fernyhough from 432 Squadron returned without bombing as there were no T.I’s.
    F/Sgt S. Kuleski RCAF and crew, flying Halifax III MZ-506 coded QO-X, failed to return from this operation.

    Sgt E. Horton RAF
    F/O W. Matthews RCAF
    F/Sgt B. Richmond RCAF
    W/O2 J. Desmarais RCAF
    Sgt E. Boutilier RCAF
    Sgt M. Wiwsianski RCAF
    Sgt W. Crum RCAF
    All were killed.

    F/Lt D. Brown from 433 Squadron was attacked by an enemy aircraft, there was no claim or damage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s