Qui se souvient?

Qui se souvient d’Albert Dugal? Son neveu qui cherche encore des informations sur son oncle.

Pouvez-vous l’aider dans ses recherches?

Jacques Desjardins voulait faire connaître son oncle et lui rendre hommage sur ce blogue dédié aux Alouettes.

Jacques avait écrit ceci plutôt cette année.

***

Je voudrais vous parler de mon oncle le Flight Sergeant J. J-B. Albert Dugal, membre de l’Escadron 425 Les Alouettes lors de la dernière guerre mondiale. Il est mort le 3 mars 1943 au cours d’une mission de bombardement sur Hambourg, il était le « bomb aimer » lors de cette sortie.

Bomb Aimer

Je n’ai jamais connu oncle Albert, je suis né 11 mois après son décès. Toutefois son souvenir m’a toujours été présent car entretenu par ma grand-mère et ma mère sa sœur. Pour moi il était ce brave héros qui avait sacrifié sa vie pour la patrie et la liberté. Mais qui était-il vraiment?

KB-E_0009

J’ai donc décidé de m’investir sérieusement dans cette aventure fascinante et partir à la découverte de mon héros d’enfance. Ici je veux saluer et remercier M. Pierre Lagacé et son réseau de contacts, pour l’aide précieuse qu’ils m’ont apportée. Sans Pierre, je me serais facilement découragé.

Je me suis mis à l’œuvre en revisitant mes vieilles boîtes de photos et de lettres que ma mère m’avait léguées à sa mort. Aussi j’ai pu questionner ma tante Claire la seule personne vivante et capable de répondre à mes nombreuses questions. Elle était heureuse de m’aider à faire revivre le souvenir de son grand frère mort à la guerre il y a très longtemps. Merci à vous tante Claire.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Flight Sergeant Albert Dugal est né à Montréal le 5 mai 1913. Il était le fils de Rose-Anna Godin et Albert Dugal Sr. Il était l’aîné d’une fratrie de 10 enfants. Sa sœur Claire me dit qu’il était très respectueux et doux envers ses parents. Je lui ai demandé de me le décrire en tant que frère et elle me confirme qu’Albert agissait de la même façon avec eux.

En juillet 1940, à 27 ans, il décide de joindre la RAF. Il s’y prendra par deux fois avant d’être accepté le 5 mai 1941, journée où il signe les documents d’engagement. Il a obtenu le grade de Sergent observateur en mars 1942 à la 9e école de bombardement et de tir de Mont-Joli.
Le 1 avril 1942 il prend pour épouse sa belle Irlandaise Hélène Patricia McMenamin.

KB-E_0005

Ils vivront ensemble maritalement seulement 13 jours, car Albert prendra le train pour Halifax le 14 avril suivant. L’embarquement pour l’Angleterre se fera le 30 avril et il touchera le sol anglais le 13 mai 1942.

Lors de la formation de l’escadron 425 Alouette en juin 1942, mon oncle le Sergent Albert Dugal était parmi les premiers « airmen » sélectionnés. Toutefois au cours de l’entraînement, il a subi une sévère blessure au pied gauche. Cette blessure l’a tenu à l’écart jusqu’au début novembre 1942. Sa première mission fut le 11 novembre 1942 (gardening). Il en fit 8 autres avant la 10e et fatidique sortie le 3 mars 1943 sur Hambourg.

La dernière mission

Le matin du 3 mars, après le « briefing » usuel, il a dû faire sa préparation pour la mission. Comme pour chaque sortie il a certainement écrit une belle lettre d’amour à sa douce Irlandaise Hélène. Il a dû lui redire comme à chaque sortie combien il l’aimait et combien elle lui manquait énormément et surtout de ne pas s’inquiéter. Souvenons-nous qu’ils ont vécu maritalement à peine deux semaines avant son départ pour le combat. Ensuite il a écrit une dernière lettre à sa sœur Pauline ma mère.

J’inclus ici l’intégral de la lettre.

lettre1 lettre2lettre3

 

425 squadron

March 3

Pauline,

Just received your letter of Feb 1 and although it took a long time to come, I was very pleased to hear from you. I am glad that you both are well and working, and that everything is fine with you.

I am in good health and still kicking around. We are quite busy flying and it is quite exciting. So far I’ve been very lucky and I hope it continues.

The weather is very nice, there is no snow and we go out without a greatcoat, there is grass everywhere.

Tell Paul that when I’ll come back, I’ll need more then one stein of Black Horse. Best of luck to him.

Tell mammy that I didn’t receive any parcels and cigs for the last 2 months, so I guess there is some lost.

Give my regards to everybody and tell everybody to write.

Cheerio,

Albert

 

Pour cette mission sur Hambourg, ils étaient 9 Wellingtons MkIII au départ. Le premier Wellington décolla à 18h08 et le dernier à 18h20. Le KW-B de mon oncle décolla à 18h18h en 7e position sur la piste. Les rapports disent qu’ils se sont rendus à destination et que la mission fut accomplie. Seul le KW-B fut abattu par la flak au-dessus de Schenefeld, aucun survivant. Malheureusement, cette nuit-là une boule noire avec KW-B inscrit dessus tomba du boulier.

425 45e 021 Wellington

Tous les autres Wellingtons sont entrés à Dishforth.

J’ai longuement réfléchi sur ce qu’ont été les derniers moments de l’équipage. Ont-ils eu connaissance de la tragédie qui se tramait? Et mon oncle Albert à sa position de bomb aimer dans le nez du Wellington, il devait voir très clairement les obus éclatés autour de l’avion. Ont-ils eu peur? Oui certainement. Ont-ils souffert? J’espère que non.

En ce 11 novembre 2014, je tiens à me rappeler le sacrifice de l’équipage du KW-B: le pilote Sgt J.L.Gauthier, le 2nd pilot Sgt.J.E.Audy, le navigateur Sgt.J.I.Glassberg, le wireless air gunner Sgt.W.C.Forbes, le mitrailleur arrière F/S J.W. Maurice Edmond Lanctin, et le bomb aimer, mon oncle, le Sgt. J.B.A.Dugal.

cimetière

KB-E_0003

 

R-I-P

Le 2 Mars 1946

À l’occasion du 3e anniversaire du décès de son époux, Mrs. Helene Patricia McManemin a fait publier un très touchant poème dans le journal The Montreal Star du 2 mars 1946. Ce petit poème exprime bien son chagrin et il m’a beaucoup ému. Je vous le partage.

In Memoriam 1

In Memoriam

Dugal: In proud and loving memory of my darling husband,

W/O 2 Albert Dugal, R.C.A.F., Alouette Squadron, officially presumed killed March 3rd 1943. Interment took place in Hamburg. Germany.

« There is not a day do I forget you,
In my heart you are always near,
I who loved you, sadly miss you,
As it dawns another year,
Oft and oft my thoughts do wonder,
To that grave so far away,
Where they laid my darling husband,
Three years ago today. »

Always remembered by his loving wife, Helen.

KB-E_0003

To that grave so far away,
Where they laid my darling husband,

Victime collatérale

Quelques semaines après l’annonce du décès de son fils, mon grand-père Albert Dugal Sr, le père du Flt Sgt Albert Dugal, a pris le lit et il est décédé d’une maladie du cœur (cœur brisé). Ma grand-mère a donc perdu en quelques semaines son fils et son mari bien-aimés.

Prologue

Sur les cinq gradués de l’école de Mont-Joli, quatre n’ont pas survécu douze mois.

KB-E_0010

 

Mission accomplie

Voilà mon oncle! j’ai finalement accompli ma mission oncle Albert, toi qui est mort pour la liberté.
J’ai appris plus de détails sur toi et ton parcours dans la RAF que quiconque dans notre famille. Grâce à Pierre et son réseau, et avec tout ce que j’ai découvert sur toi, il y aura une transmission de données qui assura et nourrira ainsi ton souvenir pour l’éternité.

De ton neveu Jacques au nom de tous tes neveux et de toutes tes nièces qui ont du sang Dugal

L'homme et l'avion

Jacky Emery se souvient…

Amis Canadiens bonjour,

Je découvre aujourd’hui votre site. Toutes mes félicitations. Votre site m’intéresse car je fais des recherches sur les avions alliés tombés dans mon département, La Sarthe.

Dans la nuit du 22/23 mai 1944, l’Halifax LK810 KW-Y est abattu lors d’un bombardement; aussi je me permets de vous signaler une erreur sur votre site puisque vous mentionnez que la mission visait l’Allemagne. Or l’objectif était la gare de triage du Mans.
Cet équipage est enterré au Cimetière de l’Ouest du Mans. Dans le cadre de mes recherches, je serais heureux de pouvoir entrer en contact avec les familles de ces héros. Et peut-être aussi avec le Sgt R. McGowan qui fut le seul survivant de ce crash. À ce jour je n’ai pas pu localiser l’endroit où cet avion a pu tomber. Peut-être votre site m’y aidera.

Cordialement de France.

Jacky EMERY

La mission sur Le Mans, je m’en souviens comme si c’était hier…

Plutôt Jean-Paul Corbeil s’en souvient.

Jean-Paul Corbeil, mitrailleur tourelle dorsale, et Pierre Gauthier, navigateur

Tiré du site de Richard Koval

F/O W. Phelan from 425 Squadron had the stbd inner u/s on return. They landed safely at base on 3 engines.
F/Sgt J. Lecaille was involved in a collision over the target. The tail wheel was torn off. On landing the wing hit the ground and they ground looped. There were no injuries to the crew.
P/O E. Laporte RCAF and crew, flying Halifax III LK-810 coded KW-Y, failed to return from this operation.

Sgt N. Ward RAF
F/O J. Tetrault RCAF
F/Sgt J. Mallette RCAF
W/O1 J. Laing RCAF
Sgt J. Levasseur RCAF
Sgt R. McGowan RCAF–POW

6 crew were killed and 1 POW.

 

Sur ce site, on verrait une photo de McGowan.

Course 39 Observers

Front row

L to R: (R1009929) Gordon Edward Deschaine, Lester Allan Gray, +Anthony Albert Hébert, (R/112675) Oscar Ralph Blackmore, (R/103241) Jack Duncan Jarvis, (R/119002) Jacques Keshishian, E.R. McGowan

Back row:

+(R/109934) James Murphy, (R/109824) Russell J. Purner, (R/113720) Alfred Smith Tait, +Joseph Alfred Jean Louis Viau, George Lindsay Vogan, Alexander Cameron Wallace, (R/108342) William Alfred Williamson, Andrew James Phillips (RCAF Photo)

McGowan

 

Il se souvient…

Cliquez sur le lien ci-dessous…

Ce Français  se souvient.

le-passionne-dhistoire-retrouve-la-trace-de-lavion-abattu

Extrait
Le 4 juillet 1943, une escadrille de « forteresses volantes » B-17 quittaient les bases de la Royal Air Force, à Alconbury et Kettering, pour bombarder des objectifs à l’ouest de la France, dont les usines Gnome et Rhône, à proximité de l’aérodrome d’Arnage.

Deux des trois avions ont été abattus dans le ciel sarthois. L’un, nommé The Mugger, au-dessus de Noyen-sur-Sarthe. Le deuxième, appelé Lakanuki a été abattu par la DCA Allemande en survolant Poillé-sur-Vègre.

« Les dix membres d’équipage…

Pourquoi tant écrire?

On m’a posé  cette question vendredi dernier?

Pourquoi  partager  ce que des gens  vous  ont partagé?

Eddy Dubois  avait  la réponse  en 2010 quand il a trouvé mon blogue dédié aux Alouettes.

dad-and-brothers-and-sisters-giselle-and-laurence.jpg

 

Pour rendre  hommage  à  son petit  frère Larry, mort le 18 décembre  1944, qu’il a rejoint 66 ans et 6 jours plus tard le 24 décembre 2010.

carte mortuaire Laurent Dubois

Je me souviens…

2623819_1.jpg

Bernard Racicot DFC aussi se souvient…

La Presse 11 octobre 1944

collection Bernard Racicot

René Larivière faisait partie de l’équipage de Racicot. Le 18 décembre 1944, le mitrailleur Larivière remplaçait un autre aviateur dans l’équipage de Jean-Marie Desmarais.

Son pilote, lui, faisait sa première mission comme second dickie avec le Flight Lieutenant MacKinnon.

425tmackinnon

Archives

Je suis certain que cet autre aviateur qui avait été remplacé s’en est souvenu pour le reste de ses jours.

18 décembre 1944

Jean-Marie Desmarais décolle de la base de Tholthorpe à 2h22.

À 2h23…

1944-12-18 Desmarais crew

1944-12-18 ORB

ORB 425 Squadron -18-12-1944 – “This aircraft took off successfully and was seen to climb up to 300/500 ft. after which it crashed approx. one mile and a half from end of Runway near the Village of Alne, and exploded. All members of the crew were killed. The cause of the accident is unknown

Le rapport de l’accident

Dossier Laurent Dubois 001Dossier Laurent Dubois 002Dossier Laurent Dubois 003Dossier Laurent Dubois 004Dossier Laurent Dubois 005Dossier Laurent Dubois 006Dossier Laurent Dubois 007Dossier Laurent Dubois 008Dossier Laurent Dubois 010

Archives Canada

517421_859560e1eeddb4sx5ae710.jpg

collection Eddy Dubois