La dernière mission de Julien Guilbeault – 2 novembre 1944

Qu’est devenu le pilote de la dernière mission de Julien Guilbeault?

Julien Guilbeault photo 1~2~2

Julien Guilbeault

Trente-et-unième mission…

Julien Guilbeault 025

Le 2 novembre 1944, Julien Guilbeault est le mid-under gunner dans l’équipage de Desmarais.

Jean-Marie Desmarais

Jean-Marie Desmarais

Encore mid-under gunner!

Oui…

Vingt-deuxième fois comme mid-under gunner, une position fort peu confortable si j’en crois les commentaires de Jean-Paul Corbeil quand je lui en ai parlé il y a quelques semaines. On ne semblait pas se pousser aux portes pour occuper cette position peu enviable sur le Halifax.

mid-under station

Jean-Paul Corbeil et Pierre Gauthier

On était assis sur une caisse en bois. Un grand trou devant soi avec une grosse mitrailleuse de calibre .50 entre les jambes. On ne voyait pas grand chose…

mitrailleuse

Le 22 mai 1944, à la demande de l’officier en charge des air gunners qui ne trouvait pas de mid-under gunner, Jean-Paul  Corbeil se porte volontaire avec l’équipage de Dargis, et ce, sans en avertir son pilote Jacques Terroux…

Jacques Terroux

Jacques Terroux

 

Faut dire que l’officier en charge avait traité les mitrailleurs qui étaient là de « chicken » d’essayer cette nouvelle position.

On ne traitait pas Jean-Paul Corbeil, de Bonfield en Ontario, de chicken…

Jean-Paul Corbeil 1

Jean-Paul Corbeil

Par contre, s’il avait été descendu, tout l’équipage de Terroux serait retourné à l’entraînement avec un nouveau mitrailleur pour le remplacer.

logbook Jean-Paul Corbeil 012

Jean-Paul Corbeil  en était  à sa toute première mission.

Il en fera 37!

Trente-six missions avec l’équipage de Jacques Terroux comme mid-upper gunner.

425Terroux_crew

Julien Guilbeault n’a jamais servi avec le même équipage contrairement  à  la plupart des aviateurs. Il a été plus souvent qu’à son tour le mid-under gunner dans plusieurs équipages comme le prouve son logbook.

Julien Guilbeault 019

Julien Guilbeault 020

Julien Guilbeault 021

Julien Guilbeault 022

Julien Guilbeault 023

Julien Guilbeault 024

Julien Guilbeault 025

First tour of operations completed

Signé

H Ledoux W/C OC 425 Alouettes 10 12/44

Julien Guilbeault a confié à son gendre qu’il avait toujours regretté ne pas avoir fait partie d’un équipage. Il aurait pu faire un 2e tour d’opérations et se retrouver avec l’équipage de Jean-Marie Desmarais le 18 décembre 1944.

Halifax crash

S’il l’avait fait, je n’aurais jamais écrit sur Julien Guilbeault, car son fils n’aurait jamais recherché son père, et son nom se serait retrouvé dans ce rapport d’accident à la place du mid-under gunner Paradis.

Sur ce, je vous souhaite de passer de Joyeuses Fêtes.

18 décembre 1944

On se revoit en 2015.

Une réflexion sur “La dernière mission de Julien Guilbeault – 2 novembre 1944

  1. Information trouvée sur Internet

    The Halifax flew its first bombing mission on the night of March 11, 1941, when seven from 35 Squadron bombed LeHavre. Over the course of the war from 1940, and post war to 1946, 6,176 Handley Page Halifax bombers were built. More than 75% of the operations undertaken by RCAF 6 Group during World War II were flown in Halifax bombers of various marks. The « Halibag » Mark III, considered by most to be the ultimate war time mark, became the standard bomber for 6 Group, and was the mark flown by 420 Squadron. The Mark III was powered by four 14 cylinder Bristol Hercules engines which could « pump out » 1,650 hp each. The wingspan was just over 104 feet and it was 70 feet long. The Mark III had an empty weight of about 39,000 lbs and an all up weight of 65,000 lbs with a range of 1260 miles. A full bomb load weighed 13,000 lbs. Maximum speed was 312 miles per hour. Ceiling was 24,000 feet. It had four guns in the middorsal turret and tail turret. Air crew consisted of: pilot, flight engineer, navigator, bomb aimer, wireless operator, mid upper gunner, and tail gunner. (The August 17, 1943 attack on the Peenemunde rocket experimental facility acquainted the aircrews with « jazz music » (« Schrage Musik ») equipped night fighters. These were fighters with an upward aiming machine gun. This allowed the German pilot to fly underneath a bomber and fire into its unprotected « belly ». Eventually such fighters became so common that an mid under gunner position was added to many Halifaxes and Lancasters to defend against these fighters).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s