Hommage à l’équipage Jean-Marie Desmarais

1944-12-026

Formé au mois d’avril-mai 1944 à RAF Wellesbourne-Mountford, Stratford-on-Avon, l’équipage au début était composée des membres suivants:

J87112         P/O    Desmarais, Jean-Marie           Pilote

J29412         F/O    Bernier, Laurier                      Navigateur

J28791         F/O    Charbonneau, Guy                 W/AG

J37717        P/O    Houde, Marcel                       B/A

R207041      Sgt.    DeGrosbois, Charles              R/AG

R221320      Sgt.    Gauthier, Raymond Charles  MU/AG

RAF936766 Sgt.    Blackburn, Joseph                  F/E

Houde-Charbonneau-DeGrosbois

 

Le 26 juillet 1944 ils joignirent l’escadrille 425 Alouette à Tholthorpe. Le 4 octobre, lors d’une mission à Bergen en Norvège, leur Halifax subit des dommages causés par la DCA ennemi mais personne ne fut blessé.

Entre le 10 et le 23 octobre, Guy Charbonneau, W/AG quitta l’équipage à cause de maladie. Il fut remplaçé par Laurent Dubois, J88326. Laurent avait déjà 19 missions à son actif lorsqu’il joignit le groupe, probablement acquises avec l’escadrille 415 Swordfish, basée à East Moor. Il avait survécu à deux “crash” d’avion, le premier au Canada dans un Anson et le deuxième en Angleterre dans un Halifax rempli de bombes qui manqua son atterrissage.

Jean-Marie Desmarais sera aussi malade entre ces deux dates. Il rencontrera durant cette période de convalescence le Cardinal Villeneuve, archevêque de Québec.

jean-marie-desmarais-et-le-cardinal-en-1944

Le 04 novembre, au dessus de Bochum en Allemagne, arriva un incident qui aurait pu être fatal:

Whilst in target area, at 19:40 hrs, 16500 ft, 155 m.p.h., a load of incendiaries was dropped over this aircraft from another one flying immediately over[head], which was not noticed on time. 37 holes were caused and one engine caught fire, which was extinguished. Severe damages were caused to wings, aileron controls, flaps, elevators, rudders, trailing edges of wings and tail plane. Oil pressure and petrol lines were out on u/s engine. Luckily nobody was injured and the a/c was brought safely back to base on 3 engines” (ORB 04-11-1944)

Suite à cet incident, leur Halifax, KW-O, M.Z. 621, qui avait complété 66 missions, sera envoyé à la ferraille.

Le 17 décembre, la cible est Duisburg. Ce soir, deux vétérans, Marcel Houde, B/A, et Charles DeGrosbois, R/AG, sont absents. Deux nouveaux membres d’équipage sont recrutés pour remplir les postes vacants plus un troisième pour agir en qualité de Mid-Under Air Gunner car leur Halifax, KW-V M.Z. 538 est équipé d’une mitrailleuse sous le fuselage plutôt que du radar H2S habituel. Raymond Charles Gauthier qui occupe normalement le poste de MU/AG prend le poste de R/AG. Jean-Charles Labrecque, un vétéran de 1943 en Tunisie remplaçera Marcel Houde. Joseph René Larivière, membre de l’équipage Bernard Racicot et qui vient d’arriver à Tholthorpe prendra le poste de Mid-Upper/AG. Maurice Paradis, du Lac au Saumon, près de Matane, membre de l’équipage Charles Lesesne, prendra le poste de Mid-Under Air Gunner.

1944-12-18 ORB

Dans le monde des bombardiers, tout le monde sait que remplacer des membres d’équipage est malchanceux. On est superstitieux et on pratique des rituels avant les missions pour éloigner le mauvais sort.

Pour des raisons inconnues, le départ est retardé jusqu’aux petites heures du matin, le 18. Finalement à 02:20, le signal est donné et le premier Halifax décolle. Le deuxième est celui de Jean-Marie Desmarais. En ligne derrière lui, dans le quatrième Halifax, est Jean Cauchy, qui en est à sa première mission…

Le Halifax KW-V, M.Z. 538 de l’équipage Desmarais est aussi un vétéran. Ce prochain décollage sera le début de sa 75e mission opérationnelle. Sa première date du 09 avril 1944. Ce fut l’avion préféré du pilote Jean-Paul Lacaille qui l’utilisa pour 30 de ses 38 missions, y compris celle du 22/23 mai 1944 alors qu’il fut impliqué dans une collision aérienne de nuit près de Le Mans, France. Il réussit tout de même à revenir à Tholthorpe et effectuer un atterrissage d’urgence. Cette nuit, l’équipage Desmarais vole sur KW-V pour la quatrième fois . Ils transportent une bombe de 2000 lbs, deux bombes de 1000 lbs et 10 bombes de 500 lbs. L’avion a un poids de 65,000 livres au décollage, sa capacité maximale.

À 02:22, on reçoit le feu vert.

 

(LA PRESSE 29 août 2009) Jean Cauchy est en file sur le tarmac [périmètre], son avion est le prochain à décoller. Devant lui, en bout de piste, une boule de feu s’élève. Le bombardier qui le précédait s’est écrasé au décollage. Dur moment pour Jean Cauchy : c’est avec ce pilote, Desmarais, qu’il venait de faire sa mission d’entraînement.

«Les gars de l’équipage m’ont demandé : skipper, penses‑tu être capable ? J’ai dit : faites‑moi confiance. Mais je respirais vite et j’ai immédiatement fermé le micro, pour ne pas qu’ils s’en aperçoivent.» C’est lui qui avait choisi ses six hommes d’équipage, qui remettaient leur vie entre ses mains.

Difficile de faire décoller ce mastodonte surchargé, qui semble rebondir sur ses deux énormes pneus. «Je craignais qu’un pneu éclate, raconte‑t‑il, mais ce n’est jamais arrivé.». Il faut abaisser les volets, pour augmenter la portance au décollage. Puis les relever à mesure que l’appareil prend de la vitesse et de l’altitude. Dans son salon, Jean Cauchy, assis sur son canapé, tâtonne de la main droite dans le vide, à l’endroit où se trouvait la commande des volets, tout à côté de celles de la soute à bombes et du train d’atterrissage. «Il ne fallait pas les confondre», dit‑il. Peut‑être l’ingénieur de Desmarais avait‑il touché une commande par accident, suppose‑t‑il…

Jean Cauchy ne s’est pas rendu en Allemagne, cette nuit‑là. Un moteur est tombé en panne au quart de la route et il a dû rebrousser chemin.

 

Tholthorpe-Alne village

ORB 425 Squadron -18-12-1944 – “This aircraft took off successfully and was seen to climb up to 300/500 ft. after which it crashed approx. one mile and a half from end of Runway near the Village of Alne, and exploded. All members of the crew were killed. The cause of the accident is unknown

Dans le petit village de Alne, l’explosion de l’avion et de ses bombes fracasse un vitrail de l’église St. Mary the Virgin. Ce vitrail sera remplaçé en 1958. Plus tard une plaque à la mémoire des huit victimes sera posée dans cette église.

18 décembre 1944

Une réflexion sur “Hommage à l’équipage Jean-Marie Desmarais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s