Monsieur Cauchy…

Puis-je vous prendre en photo?

Je ne collectionne pas les vétérans du 425 Alouette même si j’en ai rencontrés plusieurs, et ce, plusieurs fois depuis 2010.

J’ai rencontré une seule fois Jean Cauchy. C’est lors de l’inauguration de l’exposition À l’aube, une alouette.

Je ne m’attendais pas à le rencontrer. Je voulais tellement le rencontrer depuis que je lui avais parlé et que j’en avais parlé ici sur ce blogue.

Toute une surprise donc de le voir devant moi dans le musée. Il ne devait pas y être.

Ce qui me frappe chez tous les vétérans que j’ai rencontrés, c’est leur grande humilité. Ils parlent peu comme monsieur Cauchy et monsieur Corbeil ou très peu comme monsieur Pepin, ou alors pas du tout, comme Eugène Gagnon qui était revenu de la guerre en juillet 1945.

Eugène Gagnon, un petit Canadien-français, pilote d’un Mosquito, un de avions les plus remarquables de la Deuxième Guerre mondiale, ayant fait 33 missions de nuit au-dessus de l’Allemagne à 100 mètres d’altitude à 600 km/h!

Lieutenant d’aviation Joseph Achille Eugène Gagnon DFC
1921-1947

Eugène est décédé lors d’un accident d’avion le 21 octobre et il a amené avec lui dans sa tombe ses souvenirs de guerre.

Le musée lui rendra hommage cet été, du moins je pense, car la présentation multimedia n’était pas prête lors de l’inauguration le 8 juin.

Je n’ai donc pu la visionner. On a de petites déceptions comme ça dans la vie.

Cet après-midi, 30 juin, je ne serai pas déçu. Je rencontre pour la huitième fois le vétéran Jean-Paul Corbeil, puis on s’en va  payer une petite visite à son ami Pep pour la deuxième fois.

Je te plumerai.

Publicités

Mon ami Richard de Chicoutimi

Richard Girouard n’est pas un vétéran du 425, mais l’escadron 425 coule dans ses veines.

Il m’a demandé un petit service.

De faire une petite recherche sur un aviateur de Chicoutimi.

Le monde est vraiment petit, car j’en avais déjà parlé sur mon blogue Souvenirs de guerre.

J’aurais dû m’en souvenir et lui en parler quand il m’a téléphoné tantôt.

Clique ici mon Richard.

Into the Wind

Mon ami Michel m’a écrit…

Bonjour Pierre,

A voir absolument :

http://www.intothewind.co.uk/#

En complément :

http://stevenhattonphotography.co.uk/#

 

J’ai eu très récemment connaissance du dvd par le bulletin du Bomber Command Association. Depuis je corresponds avec Steven Hatton, et je l’aide à entrer en contact avec des vétérans français des Squadrons 346/Guyenne et 347/Tunisie, dont Roger Fourès.

Car il veut publier un livre sur le même sujet que son film, qui montre le caractère international du bombardement.

 

Il sera à Londres pour le 28 juin et l’inauguration du Mémorial du Bomber Command par la reine, et il doit y rencontrer quelques Français.

 

Amicalement,

Michel

Un lien rapide vers les photographies.

Vickie

Voici la mascotte de l’équipage du pilote Antoine Brassard.

Elle est à côté des médailles et du logbook de ce pilote dans un présentoir au Musée de la Défense aérienne de Bagotville.

 

Voici l’équipage d’Antoine Brassard.

Je raconte sur ce mon blogue ce qu’on me raconte concernant le 425 Alouette. Je partage ce qu’on veut bien que je partage avec mes lecteurs et mes lectrices.

Je ne vous raconte pas d’histoires. Je vérifie avant.

La fille d’Antoine Brassard a ajouté ce commentaire

Bonjour Pierre
 
Je viens de voir  les photos que tu as prises au Musée. C’est très bien mais juste un petit commentaires ou deux.
 
On va penser que c’est la mascotte de mon père qui s’appellait ‘Vickie’  parce que tu l’as placé immédiatement après ce titre. Elle n’avait pas de nom à ma connaissance mais je pourrais demander à la femme du mitrailleur de l’équipage, Georges Alarie.
 
Aussi si  tu veux en dire plus long sur la mascotte de mon père, je n’ai pas d’objection. Par exemple qu’il y a d’inscrit sur sa robe les noms des endroits bombardés lors de ses missions, qu’elle sent l’huile, qu’elle a la robe déchirée tellement elle a du vécu, que si elle pouvait parler, elle en dirait des choses… que ma mère l’avait toujours bien conservée dans une boite en carton avec du papier de soie (j’ai encore cette vieille boite que j’ai remplacé maintenant par une boite en bois), etc…
 
Danielle

Qu’en est-il des petites Vickie…

J’ai eu ce commentaire sur mon autre blogue Souvenirs de guerre…

Bonjour,
Je trouve bien intéressant de trouver toutes ces informations sur votre blogue. Mon grand-père était Réal St-Amour. C’est son épouse Véronique qui avait confectionné les petits lapins envoyés aux soldats du 425 durant la guerre. Je suis bien heureux de voir qu’un livre sur les Alouettes vient de paraître, je viens de le commander.

Merci beaucoup.

Je ne sais pas si le petit-fils de Réal St-Amour connaissait ce blogue entièrement dédié au 425 Alouette.

Avec l’espoir de vous rencontrer un de ces jours…

Avec l’espoir de vous rencontrer un de ces jours…

Jean Cauchy m’avait écrit ces mots à la fin de sa lettre.

L’espoir était au rendez-vous le 8 juin 2012 lors de l’inauguration de l’exposition été 2012 au Musée de la Défense aérienne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma petite video de l’inauguration…

Pourquoi remettre à demain?

Pourquoi remettre les choses à demain?

Faites-vous plaisir tout de suite…

Cliquez.

Satisfaction garantie…

Photos du lancement de livre…

Quant à moi, je me fais plaisir cet après-midi. Je voulais rencontrer monsieur Corbeil et lui parler en personne de ma petite visite à Bagotville.

Je rencontre monsieur Corbeil pour la 7e fois.

Je serai encore au 7e ciel…

Jean-Paul Corbeil, mitrailleur de la tourelle dorsale, et son ami le navigateur Pierre Gauthier

Je remettrai une copie du livre à monsieur Corbeil.

Alouette…