L’équipage de Terroux

Voici l’équipage du pilote Jacques Terroux.

Sur les sept membres d’équipage, un seul n’était pas Canadien-français.

C’était le sergent Tommy Newton de la R.A.F. Il était l’ingénieur à bord. Il était originaire de Bolton dans le Lancashire.

Tommy Newton

Tous ces renseignements viennent du scrapbook de monsieur Corbeil.

Le pilote était le Pilot Officer Jacques Terroux originaire de Montréal.

Jacques Terroux

Monsieur Corbeil m’a dit de lui qu’il était un bon pilote et qu’il prenait son rôle au sérieux.

Le Warrant Officer 2 Pierre Gauthier était le navigateur. Il était originaire d’Ottawa.

Pierre Gauthier

C’est lui qui possédait la caméra. Il l’avait eu en cadeau de son oncle qui était un photographe professionnel.

Le sergent Romuald Pepin était mitrailleur dans la tourelle arrière. Il était de St-Jean d’Iberville.

Romuald Pepin

Il avait été décoré de la DFC lors de sa deuxième mission. Le 425 Alouette attaquait Bourg Léopold en Belgique.

Les Allemands les attendaient de pied ferme. C’était le 27 mai 1944.

L’équipage doit sa survie à Romuald Pepin et aux manoeuvres du pilote Terroux.

Flight Sergeant Pepin, a rear gunner on a Halifax bomber, has just completed a tour of operations over enemy country.  He has bombed the heavily defended targets of Wesseling, Hamburg, Stuttgart, Kiel, and Wanne Eickel.

Throughout his whole tour of operations, Flight Sergeant Pepin has exhibited exceptional skill as an air gunner and coolness in the face of the enemy.

On May 27th, 1944, after having attacked a target with great success on Bourg Leopold, Belgium, the bomber was attacked by enemy aircraft.  Flight Sergeant Pepin sighted the enemy and displaying exceptional keenness, this rear gunner gave evasive action to the captain, thus undoubtedly saving his bomber from destruction.

His presence of mind coupled with a keen sense of timing have been responsible for the safety of this crew on more than one sortie.

Le sergent François Bernier était le bombaimer. Il était de Hull.


François Bernier

Le sergent Maurice Bernier était le sans-filiste et était originaire de Noranda.

Maurice Bernier

Le sergent Jean-Paul Corbeil était originaire de Bonfield en Ontario.

Jean-Paul Corbeil

La prochaine fois…

On parcoure le scrapbook de monsieur Corbeil.

Publicités

Faire connaître le 425 Alouette

Voici l’article que j’ai mis sur mon blogue Lest We Forget.

J’ai commencé cette version anglaise de mon blogue Souvenirs de guerre pour que mes collaborateurs de langue anglaise puissent profiter de mes recherches.

C’est grâce à eux que j’ai pu découvrir plein de choses sur l’histoire du naufrage de l’Athabaskan le 29 avril 1944. L’oncle de femme nous avait raconté qu’il y était.

Il ne voulait pas en parler…

Maintenant je comprends pourquoi.

Voici donc mon article qui a paru en fin de semaine.

Il est en anglais.

Je ne vais pas le traduire, car les deux photos parlent d’elles-mêmes.

Mr. Corbeil is a veteran of 425 Alouette.

He lent me his scrapbook so I could scan all the everyday life pictures the navigator Pierre Gauthier took.

This one is not one of them.

 

 

Mr. Corbeil is in Manitoba.

He wrote this caption…

MacDonald Manitoba No. 3 B & G only gunner to come back alive after the war

Mr. Corbeil is on the left in the second row.

I know you want to know more about Mr. Corbeil.

Jean-Paul Corbeil and Pierre Gauthier

Avis de recherche pour le 70e anniversaire du 425

Richard Girouard m’a écrit ce message…

Un comité travaille pour célébrer le 70e du 425.

 

Cliquez sur l’image pour agrandir

Bonjour Pierre,

l’escadron 425 est à la recherche de tous les anciens membres encore vivants ayant volé au sein du 425 à partir du tout début de l’escadron en juin 1942, en passant par la réactivation du 425 en 1954 à St-Hubert lorsqu’ils volaient sur le CF-100, ensuite sur le CF-101 Voodoo, puis à l’arrivée du CF-18 jusqu’à aujourd’hui.

Richard

Cliquez sur l’image pour m’écrire…