30 octobre 1944 : la suite

Nous sommes à Ottawa.

Flying Officer Jean-Paul Corbeil est de retour au Canada. Il est avec d’autres aviateurs, et chacun veut appeler sa famille pour annoncer leur retour…

Un des aviateurs est un aviateur qui a volé sur des Spitfires. Monsieur Corbeil ne se rappelle que son prénom : Bill… William.

Il a reçu la DFC avec une barre. Bill a donc été décoré deux fois. Bill aussi veut appeler sa famille, mais toutes les boîtes téléphoniques sont utilisées et chacun doit attendre son tour. Une boîte se libère de l’autre côté de la rue. Bill traverse et donne un coup de fil à sa famille…

On peut s’imaginer la joie. Bill a survécu à la guerre et rentre chez lui.

La joie sera brève.

Le pilote de Spitfire en traversant la rue fut heurté par un tramway.

Il est mort sous les yeux de monsieur Corbeil.

30 octobre 1944

Corbille, c’est comme ça que le Wing Commander St.Pierre appelait Jean-Paul Corbeil.

Wing Commander Joe St.Pierre

Le commandant St.Pierre n’a jamais reçu la DFC pour son service militaire dans la RCAF.

Selon monsieur Corbeil, Joe St.Pierre était tout un homme et il ne comprend pas toujours pas qu’il n’ait pas été décoré.

Si je vous parle de ce mid-upper gunner de l’équipage de Terroux, c’est qu’il m’a parlé d’une anecdote touchante.

C’était le 30 octobre 1944. Il s’en rappelle comme si c’était hier. Il nous en a parlé.

Moi je vous en parle le 30 octobre prochain.

Alouette…